lundi 3 septembre 2012

"je veux un bebe frere, svp!"

alexandre, c'est son prénom.

il est à peine âgé de 6 mois, il a déjà changé ma vie, pour le meilleur. il faut savoir que depuis que je suis moi-même un bout de chou, alors que toutes les autres fillettes de mon âge demandaient au Père Noël des poupées aux cheveux qui sentent bons, la barbie qui chante ou bien le nouveau toutou super technologique qui peut dire ton nom, moi, aussi simple que cela me paraissait, je demandais un petit frère.

après quelques années, Père Noël a perdu ma confiance...

"je n'en ai rien à faire de tes bébés en plastique, c'est un vrai que je veux!" malheureusement, je ne savais pas que ceci était un vœu que je demandais à mes parents et non au pauvre Père Noël en question...

finalement, c'est après 15 ans que mon rêve d'enfant s'est réalisé. comment? par le pur hasard de la vie. ma mère n'était même pas encore convaincue qu'alexandre est apparu dans nos vies. le plus grand bonheur. la plus grande fierté.

au début, j'y croyais pas tellement. il faut le voir pour y croire, dit-on! 


en voyant cette photo, j'ai eu un choc. voilà, j'y croyais. le bonheur était vrai.

après, ça été l'attente. 9 mois d'attente. d'impatience. de hâte. mais surtout, de préparations. je voyais déjà mon petit alex comme le plus parfait des bébés. je me préparais mentalement à l'accueillir. j'étais anxieuse, à me poser pleins de questions,dont une qui ressortait du lot : va-t-il m'aimer? et aujourd'hui, je suis heureuse de savoir la réponse.

c'est fragile un bébé. ça pleure (oh, ça oui!!!), ça crache partout, ça pue (bon, je parles des bébés en général, mon frère sent pratiquement toujours bon!) et ça bave en quantité industrielle.

j'avais peur, je l'avoue, de ne pas avoir le tour. d'être une grande sœur "poche"qui sert à rien. et maintenant, quand je me surprend à faire le singe (et les bruits qui l’accompagnent,malgré moi...) devant lui pour le voir sourire encore et encore, je me dis que finalement, je ne suis pas si mal que j'en laissais croire.

bien sûr, il est encore trop jeune et inoffensif pour comprendre et réaliser à quel point je l'aime et à quel point je serai toujours présente pour lui, sans faute. il lui reste toute une vie pour s'en rendre compte. pour saisir qu'il a une famille qui déborde d'amour et de fierté envers lui.

mon frère ne sera jamais un fardeau ou une corvée pour moi.

parce que le voir à chaque jour me fait réaliser que cet être vivant, qui est mon rêve de jeune fille, vivant en moi depuis 15 ans, est tout ce que j'ai de besoin pour être heureuse.




pour un adorable garçon qui lira peut-être ce souvenir alors retrouvé, je t'aime de tout mon coeur et saches que tu pourras toujours compter sur ta grande soeur, en tout temps, n'importe quand.

                                        
alexandre, ceci est pour toi <3

3 commentaires:

  1. Comment ça, « aucun commentaire » ?!? C'était beau à mourir. Tellement que même un vieillard grisaillé comme moi était touché.

    Félicitations, Noémie!

    Robin
    Rusty Ring: Reflections of an Old-Timey Hermit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. wow! merci Robin! Ton commentaire me touche énormément!

      merci beaucoup :)

      Supprimer
  2. Magnifique tout simplement :) !

    Christie, xx.
    http://christiersbt.blogspot.com

    RépondreSupprimer

 
site design by designer blogs